Europe : 1 détenteur de cryptomonnaies sur 5 est une femme

Bien que les données récentes confirment que la communauté cryptographique continue d’être dominée par les hommes, le déséquilibre entre les sexes pourrait être moins extrême qu’on ne le pense.

Un rapport publié aujourd’hui par la société de la fintech Bitpanda et la compagnie d’études de marché GlobalWebIndex, basé sur un grand nombre de données, permet de mieux comprendre le profil des investisseurs en crypto-monnaies en Europe. Celui-ci note que, bien que des recherches antérieures aient suggéré qu’au moins 90% des investisseurs en crypto soient des hommes, la répartition par sexe parmi les détenteurs de cryptos européens serait aujourd’hui moins déséquilibrée, avec 78% d’hommes et 22% de femmes.

Les crypto-investisseurs européens, hommes et femmes, ont des profils différents de ceux qui ne s’y intéressent pas. Les femmes qui investissent dans la cryptographie sont 1,6 fois plus susceptibles de travailler dans la finance que les autres femmes, alors que les investisseurs dans les cryptomonnaies de sexe masculin sont 2,6 fois plus susceptibles que les autres hommes de travailler dans ce secteur.

En termes de répartition géographique, les marchés européens ayant les populations les plus jeunes, les plus riches et plus connectées ont logiquement tendance à avoir davantage de détenteurs de cryptos. La Suisse a le taux de possession de crypto-devises le plus élevé d’Europe : 7% des internautes et 14% des détenteurs d’actifs. Le Royaume-Uni ne se classe quant à lui que 11e parmi les pays comptant le plus grand nombre de détenteurs de monnaies cryptographiques. Londres atteint toutefois 3 fois le taux moyen, ce qui représente la plus forte concentration de détenteurs de cryptos en Europe.

Un sondage mené aux États-Unis au début du mois a révélé que 9% des millennials avaient choisi la cryptomonnaie comme leur principale option d’investissement à long terme, soit environ trois fois plus que les générations précédentes (lire : USA : les Millennials 3x plus susceptibles d’investir dans la crypto que la génération X).