Une autre méthode de paiement basée sur la technologie blockchain

Lors du Forum économique mondial (WEF) 2023 à Davos, en Suisse, Red Date Technology a présenté un système blockchain innovant axé sur les stablecoins et les CBDC. Il s’agit d’une méthode de paiement révolutionnaire. L’entreprise travaille actuellement sur un projet de blockchain pour la Chine.

Méthode de paiement basée sur SWIFT pour le transfert des CBDC

Le 19 janvier, Red Date Technology a lancé à Davos un système de paiement numérique qui vise à combler le fossé entre les stablecoins et les actifs numériques des banques traditionnelles. Red Date Technology est une société de blockchain basée à Hong Kong. Ladite initiative a été publiée sur Reddit le 23 janvier 2023.

La plateforme de création d’actifs numériques TOKO, détenue par le cabinet d’avocats DLA Piper, a également contribué à l’événement.

Le nouvel UDPN, à quoi ressemble-t-il ?

L’UDPN vise à créer une plateforme de technologie de grand livre distribué (DLT) similaire au réseau SWIFT pour les banques. Dans un communiqué de presse, l’UDPN a été décrit comme la norme commune pour la messagerie entre les institutions financières à travers différents systèmes de règlement. Il servirait aussi à la génération émergente de CBDCs et de stablecoins.

Des cas d’utilisation de type « Proof of Concept » (PoC) sont actuellement mis en œuvre pour tester le réseau de paiement numérique récemment annoncé. Un certain nombre de grandes banques participent à ce projet. Ces banques s’engagent aussi à effectuer des transferts et des échanges transfrontaliers.

Aucune information n’a été fournie sur les banques participant au PoC. Cependant, lors du lancement du système à Davos, les banques suivantes étaient présentes : Deutsche Bank, The Bank of East Asia, HSBC, Akbank et Standard Chartered.

L’UDPN n’acceptera que les CBDC et les stablecoins réglementés comme moyens de paiement. En revanche, il ne prendra pas en compte les cryptomonnaies publiques non réglementées de type blockchain, comme le bitcoin.

Voici en résumé ce qu’on peut retenir à propos de cette méthode de paiement basée sur la technologie blockchain.

Le PDG de Coinbase encourage le Brésil et l’Argentine à adopter le bitcoin

Le PDG de Coinbase a exhorté l’Argentine et le Brésil à reconnaître le bitcoin comme une monnaie légale. Ces deux pays se préparent en effet à adopter une monnaie commune. La proposition de ce dernier a soulevé un vif débat sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter.

La mise en place d’une nouvelle union monétaire entre l’Argentine et le Brésil ?

Le 22 janvier, le Brésil et l’Argentine ont annoncé leur intention de créer une monnaie commune. Lula Da Silva, le nouveau président brésilien, a déclaré vouloir que le commerce extérieur des deux pays soit indépendant du dollar. Les échanges seraient désormais réalisés sur la base d’une même monnaie. Cette alliance monétaire sera bénéfique pour les deux nations.

Les présidents du Brésil et de l’Argentine ont convenu de poursuivre les discussions en vue de créer une monnaie commune pour la région sud-américaine. Cette monnaie permettra de réduire les coûts opérationnels et de limiter la vulnérabilité extérieure.

Le PDG de Coinbase a tweeté sa réflexion sur le Salvador et le Bitcoin : « Je me demande s’ils envisageraient de passer au Bitcoin ; ce serait probablement le bon pari à long terme ». D’après Cointelegraph, le Salvador a pu construire des hôpitaux grâce aux profits engendrés par ses investissements Bitcoin.

Le bitcoin sera-t-il une monnaie légale ?

Suite au tweet de Brian Armstrong, Raoul Pal, un entrepreneur et investisseur, a déconseillé sur Twitter l’utilisation du bitcoin comme monnaie nationale. Il a noté que la volatilité du bitcoin était trop élevée pour être utilisée efficacement par les entreprises. Celles-ci auraient des difficultés à planifier ou à couvrir ses mouvements. Un autre utilisateur a toutefois rappelé que le cours du peso argentin avait déjà chuté de 90 %.

Les autorités brésiliennes et argentines sont bien conscientes des avantages des monnaies numériques. Il ne serait pas surprenant qu’elles choisissent d’en adopter une, comme l’a récemment proposé la Russie.

Gemini annonce une nouvelle série de licenciements

Malgré la réduction de ses effectifs pour tenter de lutter contre la crise du marché des crypto-monnaies, la bourse Gemini semble ne pas avoir réussi à s’en sortir.

Une nouvelle vague de licenciement chez Gemini

Gemini, traverse une mauvaise passe. Depuis juin 2022, la bourse de crypto-monnaies a annoncé trois vagues de licenciements. Celle du 23 janvier est la dernière en date. Elle touche 10 % du personnel.

La société a récemment fait part à ses employés de ses motivations. Dans un mémo interne, elle justifie sa nouvelle vague de licenciements, après celle du mois de juillet. En effet, selon elle, le marché s’est détérioré. Les scandales et les fraudes qui ont éclaboussé le secteur des crypto-monnaies ont réduit la confiance des utilisateurs. Par conséquent, les revenus potentiels ont diminué.

Nous étions optimistes quant à la possibilité d’éviter de nouvelles coupes après l’été. Cependant, la persistance des mauvaises conditions macroéconomiques et les fraudes sans précédent de certains de nos concurrents nous ont amenés à revoir nos perspectives. Nous avons donc réduit davantage nos effectifs. Le discours de Cameron Winklevoss, président et cofondateur de Gemini, résonne encore aujourd’hui.

Le marché des crypto-monnaies pourra-t-il s’en sortir ?

Ces dernières semaines, depuis la chute de FTX, plusieurs sociétés de crypto-monnaies ont pris des mesures restrictives. Elles ont notamment gelé les embauches et, pour celles dont la situation financière s’est dégradée, procédé à des licenciements.

Une hécatombe aux conséquences néfastes pour les entreprises est en cours. Il n’est peut-être pas encore temps de mettre fin à ces licenciements massifs. Par exemple, Coinbase, Crypto.com, ConsenSys ou Kraken ont récemment dû dire au revoir à plus de 1 000 de leurs employés.

En effet, de nombreux experts et analystes estiment que de profondes réformes sont nécessaires pour que les entreprises se sortent de cette situation. Cependant, dans certaines régions du monde, les discussions sur la réglementation des crypto-monnaies n’avancent pas. Cela oblige les bourses à faire preuve de résilience.

Binance va offrir plus de 30 000 bourses d’études en technologie Web3

Binance Charity, la branche philanthropique de Binance, a annoncé ses plans de financement de bourses d’études pour 2023. L’initiative vise à promouvoir une plus grande diversité et des talents dans l’industrie du Web3. Des universités, collèges et prestataires de formation professionnelle de renommée mondiale se sont inscrits pour participer au programme.

Une opportunité d’apprendre et de se développer dans le web3 grâce à Binance

La Binance Charity, la branche philanthropique de la bourse Binance, offrira bientôt 30 665 bourses d’études pour la formation et l’éducation dans le domaine du Web3. Le Binance Charity Scholar Program (BCSP) vise à répondre au besoin de main-d’œuvre qualifiée et de talents dans ce domaine.

Binance a partagé dans un billet de blog, ses dernières nouvelles. Nous reconnaissons que l’accès à l’éducation numérique et au développement des compétences peut être limité pour beaucoup. Cette situation a conduit à une industrie de la blockchain manquant de diversité et de talent. Par conséquent, cette initiative aidera les étudiants intéressés par cette technologie à développer leurs compétences sans avoir à faire face à des obstacles financiers.

L’initiative a le soutien de Binance Academy, le portail éducatif à but non lucratif de la société. En 2022, en effet, Binance Charity a réussi à lever plus de 3,5 millions de dollars pour financer 290 000 heures de cours d’éducation Web3 sur la plateforme. Cela incite les responsables à rester très optimistes quant au succès du projet.

De nombreux centres de formation sont éligibles pour cette subvention

Afin de faire de ce programme BCSP un succès, plusieurs centres de formation de renom se sont engagés dans sa mise en œuvre. Il s’agit notamment de l’Université de Western Australia, de l’Université de Nicosie à Chypre, de la Frankfurt School of Finance & Management en Allemagne et du centre technologique Utiva basé au Nigeria.

Les acteurs du développement professionnel comprennent Simplon, Women In Tech, Kyiv IT Cluster et le ministère ukrainien de la transformation numérique. Binance Charity accorde d’ailleurs ,une attention particulière à Women In Tech, un programme qui permettra de former environ 3 000 femmes dans les zones rurales d’Afrique du Sud et du Brésil.

Cardano est de nouveau opérationnel après une panne majeure

Le dimanche 22 janvier, Cardano a connu une courte panne de réseau qui a été résolue après quelques minutes. Cependant, les ingénieurs réseau n’ont pas encore été en mesure de déterminer la raison de cette panne. Les développeurs sur Github ont signalé le problème, mais il n’a duré que peu de temps.

La défaillance des nœuds est un problème courant sur les réseaux blockchain

Pendant une brève période, le nombre de nœuds a chuté, mais cela n’a pas nécessité le redémarrage du réseau, selon Rick McCracken, un développeur d’outils de staking pour Cardano. La fonction des nœuds est essentielle au maintien de tout réseau, ainsi qu’au maintien et à l’exécution des transactions sur toute blockchain.

En mai dernier, l’ensemble du réseau Solana est tombé en panne pendant plus de sept heures. Un autre incident s’est produit en 2021, entraînant la mise hors ligne des nœuds de la blockchain. Pour réparer la panne, les validateurs de Solana ont dû redémarrer le réseau.

Les utilisateurs félicitent Cardano pour son professionnalisme

La communauté Cardano se réjouit de la rapidité avec laquelle le réseau a pu être restauré après une panne de nœud. Elle affirme que cela démontre que Cardano est une blockchain supérieure à Solana, qui a mis plusieurs heures à réparer son réseau en 2022 après de nombreuses pannes.

La valeur des pièces ADA natives de Cardano a légèrement augmenté au cours des dernières 24 heures. Cette hausse n’est pas passée inaperçue auprès de Pi Lanningham, directeur technique de la bourse décentralisée SundaeSwap. Ce faisant, il loue la résilience frappante du réseau Cardano.

En résolvant un problème critique avec une rapidité exemplaire, Cardano a gagné la confiance des utilisateurs et des investisseurs. C’est le premier réseau à avoir résolu un problème de nœuds de cette manière et en si peu de temps.

La justice américaine a les cryptomonnaies dans son collimateur

La justice américaine a annoncé une offensive judiciaire contre les cryptomonnaies. Cette annonce a suscité la surprise et l’inquiétude chez les investisseurs et les utilisateurs de ces monnaies. Mais quelles mesures concrètes ont été prises ?

Quel est le problème entre la justice américaine et les cryptomonnaies ?

Les États américains ont commencé à prendre des mesures pour réglementer les cryptomonnaies. Il faut souligner que c’est le Department of Justice (DoJ) qui a été particulièrement l’acteur principal de la mise en place de ces réglementations. En réalité, le DoJ a dévoilé une plateforme de blanchiment d’argent qui utilise les cryptomonnaies.

Il s’agit de « Bitzlato« , une plateforme accusée d’avoir aidé des criminels à blanchir des millions de dollars en utilisant des cryptomonnaies. Le DoJ a saisi des actifs liés à cette plateforme et a inculpé plusieurs de ses responsables. C’est d’ailleurs pourquoi lors de sa conférence de presse, le ministre de la Justice américain a annoncé la mise en place de nouvelles restrictions liées aux cryptomonnaies.

Saisir les plateformes de cryptomonnaie aux volumes insignifiants

Il est important de noter que les plateformes avec des volumes de négociation faibles peuvent présenter des risques importants pour les investisseurs. En effet, ces plateformes peuvent être sujettes à des manipulations de marché, des vols de fonds et des escroqueries. Le Department of Justice (DoJ), exhorte les investisseurs à faire preuve de prudence lorsqu’ils utilisent ces plateformes. Il les exhorte également à s’assurer qu’elles sont réglementées et sûres avant de déposer des fonds.

De plus, les plateformes avec des volumes de négociation faibles peuvent avoir des difficultés à maintenir une liquidité suffisante pour les transactions. Cela peut entraîner des retards dans les transactions et des spreads de négociation plus élevés. Les investisseurs peuvent donc se retrouver dans une situation où ils ne peuvent pas vendre leurs actifs crypto à des prix raisonnables. C’est pourquoi l’État envisage mettre fin à ces plateformes pour garantir la sécurité. 

Quelles sont les autres réglementations dont il faut tenir compte ?

Voici à quoi peuvent s’attendre les entreprises et les particuliers les jours à venir en termes de restriction.

  • Interdiction de l’anonymat pour les transactions en crypto-monnaies.
  • Obligation pour les entreprises de crypto-monnaies de former leurs employés aux risques de blanchiment d’argent.
  • Mise en place de sanctions pour les entreprises qui ne se conforment pas aux réglementations relatives au blanchiment d’argent.

Cependant, il est important de noter que ces réglementations visent principalement à protéger les consommateurs contre les activités criminelles.

La blockchain est toujours populaire auprès des développeurs

On pourrait penser que les fluctuations du marché des crypto-monnaies pousseraient les développeurs à baisser les bras. Cependant, un rapport annuel d’Electric Capital montre le contraire. Il s’avère que même avec la chute de certains marchés crypto majeurs, les développeurs sont toujours intéressés par la technologie blockchain.

Blockchain : le nombre de développeurs de crypto-monnaies augmente !

La cryptomonnaie ne cesse de démontrer qu’elle a des applications dans de nombreux domaines, même dans les incubateurs par exemple. En outre, à mesure que sa pertinence est démontrée, les développeurs s’intéressent davantage à la technologie blockchain qui la soutient. Selon un rapport d’Electric Capital, le nombre de développeurs de crypto à temps plein a considérablement augmenté en 2022. Il a atteint un niveau record et continue de croître malgré la situation difficile du marché.

Selon un tweet de Forbes datant du 17 janvier 2023, « Les développeurs continuent de se tourner vers les cryptos malgré la situation difficile du marché. » Selon Electric Capital, il semblerait qu’un nombre record de 23 000 développeurs individuels aient travaillé sur la blockchain en décembre 2022.

Des statistiques en perpétuelle évolution

Les développeurs occasionnels ont en outre participé à 250 millions de commits de code. Il s’agit bien évidemment de développeurs à temps partiel et à temps plein. Maria Shen, partenaire chez Electric Capital et actrice du rapport annuel sur les développeurs, a commenté cette tendance. Elle déclare : « Particulièrement dans un marché en chute, il est vraiment important de suivre la santé des développeurs à temps plein. »

Par ailleurs, le rapport indique que les développeurs actifs mensuels sont en hausse de plus de 5 %. C’est une augmentation par rapport à l’année précédente. Ceci malgré une baisse des prix de plus de 70 %. Il mentionne également que plus de 471 000 commits de code sont effectués chaque mois pour les crypto-monnaies open-source.

Selon le rapport d’Electric Capital, « l’engagement des développeurs est un indicateur précoce et avancé de la création de valeur sur les plateformes émergentes. » Le document explique que les développeurs créent des apps qui apportent de la valeur aux utilisateurs finaux. Ils attirent ainsi davantage de clients sur les plateformes de crypto-monnaies et donc encore plus de développeurs. Il ajoute que « parce que la cryptomonnaie est largement open-source, nous avons une capacité unique et sans précédent de comprendre une industrie émergente qui peut valoir plusieurs trillions. »

Whatsminer, 1er dispositif de minage de BTC conçu en Amérique

Il y a trois mois, Whatsminer a promis de produire les premiers appareils de minage de bitcoins fabriqués en Amérique. En octobre dernier, la société a annoncé la disponibilité de ces machines « made in America ». Elles semblent donc être parmi les premiers ordinateurs de minage de bitcoins fabriqués en Amérique.

Whatsminer a respecté ses engagements

Fin 2021, Marathon Digital a dû s’approvisionner en Bitmain afin de pouvoir déployer 199 000 appareils au cours de l’année 2023. Bitmain, le fabricant chinois d’équipements miniers, est notamment connu pour ses Antminer S19 XP (140 TH/s) et S19 Pro+Hyd (198 TH/h).

Dans un tweet de Documenting Bitcoin, le lieu de fabrication du dispositif de minage de bitcoins Whatsminer M30S+ a été spécifié comme  » Made in USA « . Cela indique que le produit est fabriqué aux États-Unis.

En octobre dernier, un article de Crypto.News a mis en évidence la proposition de production aux États-Unis des appareils Whatsminer. La société est considérée comme le deuxième plus grand fabricant de dispositifs de minage de bitcoins au monde. La fabrication de ces machines aurait été confiée à Synos Corp. Sa capacité de production est d’environ 10 000 unités par mois.

S’agit-il vraiment des premiers appareils de minage de BTC américains ?

La véracité de l’affirmation selon laquelle il s’agit des premières machines de minage fabriquées aux États-Unis a suscité des réactions mitigées.

« Il n’est pas exact de dire que ce sont les premières machines minières fabriquées aux États-Unis. Bien que ce soient les premiers Whatsminers assemblés aux États-Unis, les fabricants FutureBit et Gekkoscience produisent des machines minières aux États-Unis depuis de nombreuses années. »

D’autres utilisateurs sur Twitter ont critiqué Whatsminers en se moquant des composants de ses machines. C’est d’ailleurs le cas de Steve Barbour, qui a posé la question suivante : « Pourquoi ne pas simplement dire  » assemblée aux États-Unis  » ? ».

Selon la réponse de Kevin Zhang, ce projet a été mené en secret par Whatsminer, il y a 3 ans. Les produits comportent une mention indiquant qu’ils contiennent des composants importés.

La production de dispositifs de minage de bitcoins aux États-Unis est considérée comme un pas en avant pour la décentralisation. Les États-Unis fourniront des machines de minage de crypto-monnaies avec des prix plus bas. C’est, en effet, la conséquence de leur guerre technologique contre la Chine. De plus, les délais de livraison seront plus courts.

Pendant que Coinbase licencie, Cathie Wood achète des actions COIN

Malgré les marchés baissiers de la crypto-monnaie, Cathie Wood, à travers son fonds ARK, continue d’être optimiste sur l’action Coinbase (COIN). Elle achète pour la quatrième fois en un mois. Cathie Wood maintient sa stratégie d’investissement sur cette société.

Coinbase licencie, le fonds ARK de Cathie Wood rachète l’action COIN

ARK Investment Management a révélé dans une lettre adressée aux investisseurs le 12 janvier qu’elle avait ajouté 74 792 actions Coinbase à l’ARK Innovation ETF (ARKK). Cet achat représente une valeur de 3,28 millions de dollars sur la base du cours de clôture de la veille. Il vient s’ajouter à l’achat précédent de 33 756 actions COIN d’une valeur de 1,45 million de dollars effectué le 11 janvier. Cette opération démontre que l’entreprise de Cathie Wood croit en l’avenir de la plateforme. Elle a donc décidé d’augmenter son investissement dans Coinbase.

ARK Investment Management poursuit ses achats d’actions COIN malgré la baisse des crypto-monnaies. Ces achats interviennent alors que le PDG de Coinbase, Brian Armstrong, a annoncé une nouvelle série de licenciements touchant près de 1 000 employés. Cette mesure vise à assurer la viabilité financière de l’entreprise. Au dépit de cela, le fonds croit en l’avenir de la plateforme et continue d’investir dans Coinbase.

Des actions COIN achetées en série pour ARK

Depuis le début de l’année, ARK Investment Management a acheté des actions COIN à trois reprises. Le 5 janvier, elle a ajouté 172 276 actions COIN à ses deux fonds, ARKW et ARKF.

La transaction du 12 janvier marque le quatrième achat d’actions COIN en un mois pour ARK Investment Management. Le mois dernier, la société avait déjà acheté 3,2 millions de dollars d’actions COIN. Ces actions ont été achetées alors que les prix des actifs étaient à leur point le plus bas, en dessous de 39 dollars, le 13 décembre. Cela montre une stratégie d’achat à bas prix. Elle croit en l’avenir de la plateforme malgré les licenciements et la chute des crypto-monnaies.

Le 13 janvier, les actions de COIN étaient en hausse de 37 % depuis le début de l’année. Et ce, malgré les licenciements, la réduction des opérations au Japon et la dégradation de la solvabilité de Coinbase.

Cela expliquerait pourquoi des investisseurs comme ARK Investment Management continuent d’acheter des actions COIN malgré les difficultés actuelles.

Qui sont les acteurs du marché des cryptomonnaies en pleine explosion ?

Les cryptomonnaies connaissent aujourd’hui un essor considérable. De ce fait, elles aguichent bon nombre d’investisseurs et d’entreprises au point où la question de savoir où se trouvent les vendeurs se pose. Focus. 

La capitalisation des cryptomonnaies à 1000 milliards

920 milliards de dollars est le coût auquel la capitalisation des cryptomonnaies a pu se maintenir au-dessus du niveau technique. Par ailleurs, la capitalisation des cryptomonnaies peut atteindre les 1000 milliards prévus si elle arrive à osciller entre l’EMA200 et ce niveau.

Il faut noter qu’actuellement, le marché se rapproche à une résistance de 1030 milliards de dollars, ce qui appelle à la prudence. Néanmoins, si cette capitalisation diminue en dessous des 920 milliards de dollars, ce sera alors une opportunité pour les vendeurs de revenir sur le marché.

L’évolution sur le marché

Le Bitcoin, étant la première cryptomonnaie à faire son apparition, il continue de progresser au point où il atteint un certain niveau de dominance (une résistance à 44,50%). Cette situation peut conduire à un élan, ce qui profitera à l’Ethereum.  La capitalisation peut se retrouver jusqu’à 375 milliards de dollars.

Tout comme le Bitcoin, l’Ethereum continue d’évoluer avec une borne élevée à 0,077BTC et une borne moindre à 0,0698BTC.

En outre, les Altcoins se trouvent également dans une bonne position, car elles ont réalisé un « pullback » à 332 milliards par rapport à l’ancienne résistance. L’objectif des altcoins est de garder le cap au-dessus de 350 milliards de dollars pour un retour de la capitalisation de la résistance à 400 milliards de dollars.

En somme, la position des vendeurs sur le marché dépend de la capitalisation des cryptomonnaies. La puissante hausse dont font preuve les cryptomonnaies constitue un facteur de rupture de la tendance spéculative et donc entraîne le déclin du marché.