Les meilleurs airdrops & giveaways à ne pas manquer en 2023

Les airdrops et les giveaway sont de véritables aubaines pour les férus de cryptomonnaies. Ils représentent un excellent moyen de se constituer un bon actif avant le lancement de la monnaie numérique. Pour preuve, l’airdrop d’Aptos a récemment engrangé près de 15 000 $. Si vous l’avez manqué, voici les meilleurs airdops et giveaways à venir en 2023.

Les meilleurs giveaways prévus de 2023

  Dans la grande masse des giveaways prévus pour l’année à venir, 3 se sont réellement démarqués et peuvent donc être considérés comme des offres prometteuses. Le premier est prévu pour le projet Dash 2 Trade : un écosystème complet prévu pour le trading de cryptomonnaies. Prévu pour 2023, Dash 2 Trade a pour ambition d’être le Terminal Bloomberg des cryptos. Dans le cadre de son lancement, le projet disposera d’un giveaway dont le montant s’élève à 150 000 $.

Vient ensuite RobotEra. Il s’agit d’un projet gaming de web 3 où les joueurs pourront bâtir l’univers qui leur correspond au sein d’un immense metaverse. Tout comme Dash 2 Trade, RobotEra sera lancé en 2023. En prévision du lancement de ce metaverse, le projet disposera d’un giveaway au cours duquel des parcelles NFT seront offertes aux gagnants.

Le dernier, mais non le moindre, n’est autre que IMPT.io. Projet très atypique de l’écosystème crypto, IMPT.io propose un investissement dans le milieu du crédit carbone. Au nombre des activités à venir dans le cadre de projet, ses concepteurs ont prévu un giveaway crypto de 100 000 $.

Les meilleurs airdrops à venir 2023

Dans les listes des meilleurs aridrops à venir en 2023, Tolkenbot et SaTT reviennent le plus souvent. Le premier est une plateforme de trading spécialisée dans l’automatisation. Suite à un partenariat avec CoinMarketCap, Tolkenbot prépare un airdrop de son token utilitaire : le TKB. 149 619 56 TKB seront donc distribués à l’occasion de cet aidrop et chaque participant aura la chance d’en gagner 5 000.

SaTT quant à elle est une plateforme française de diffusion de contenus. Ses concepteurs envisagent d’ailleurs en faire le YouTube de la blockhain. Pour 2023, ils ont prévu un airdrop de Tokens destiné aux usagers de leur plateforme. Ceux-ci auront la chance de pouvoir gagner 100 000 000 de SaTT en remplissant les tâches prévues pour augmenter la visibilité du projet.

USA : 45% des moins de 25 ans désirent des cryptos dans leur épargne retraite

L’univers des cryptomonnaies est devenu le centre d’intérêt d’une multitude de jeunes aux États-Unis. Selon la maison de courtage Charles Schwab, environ 45% des Américains de moins de 25 ans aimeraient épargner des cryptomonnaies pour la retraite. Qu’est-ce qui pourrait justifier cette envie  ?

Les Américains souhaitent avoir des cryptomonnaies dans leurs plans épargnes

45% c’est le pourcentage de jeunes Américains de moins de 25 ans qui aimeraient bien épargner des cryptomonnaies grâce au plan d’épargne le plus utilisé aux USA : le plan 401 (k). C’est ce que démontre l’étude menée par Charles Schwab en avril 2022. Ce souhait se fonde évidemment sur le système d’évolution des cryptomonnaies et en particulier du bitcoin.

Ces jeunes de la génération Z comptent visiblement tirer profit de la prise de valeur progressive des cryptos-actifs. Ils ne sont toutefois pas les seuls à avoir songé à une vie de retraite opulente. Les millénariaux y sont en effet plus investis qu’eux. Toujours d’après l’étude de Charles Schwab, 46 % des Américains de la génération Y sont très intéressés par une épargne retraite impliquant des cryptomonnaies. Ils espèrent en conséquence qu’elles seront intégrées au plan 401 (k).

Les plus de 60 ans, par contre, préfèrent les investissements traditionnels. Seulement 11% d’entre eux, souhaite l’association des cryptomonnaies aux plans épargnes. Une grande majorité reste attachée au compte individuel de retraite : 47%.

Les cryptomonnaies : des actifs très en vogue auprès des générations Y et Z

Le secteur de la cryptomonnaie s’est popularisé quelque temps après la naissance des derniers bébés « zoomer ». Il s’agit donc d’un milieu beaucoup trop récent pour attiser l’intérêt d’une multitude de séniors. Cela explique pourquoi ils sont moins impliqués dans cet univers que les générations Y et Z.

Par ailleurs, ceux-ci sont très portés sur l’augmentation du capital financier en prévision de l’avenir. Ce qui justifie leur grand intérêt pour les cryptomonnaies. Selon Charles Schwab, 43% des « zoomers » détiennent de la cryptomonnaie. Chez les millénariaux, ils sont 47% à en posséder. Pour la comparaison, seuls 4% des séniors possèdent ces actifs. Les américains Y et Z fondent ainsi beaucoup d’espoirs sur l’évolution des cryptomonnaies.

Lionel Messi collabore avec Bitget pour la promotion des cryptos

Depuis leur avènement, les cryptomonnaies n’ont cessé de conquérir de nouveaux domaines d’activité. Le monde du foot n’a pas été épargné. Plusieurs célébrités ont montré leurs intérêts pour les cryptomonnaies et notamment les tokens non fongibles (NFT). C’est dans ce contexte que le sextuple ballon d’or argentin Lionel Messi a collaboré avec Bitget pour promouvoir les cryptomonnaies.

Le coup d’envoi de Lionel Messi dans la cryptobourse Bitget

Le bear market n’est pas au meilleur de sa forme. Toutefois, le Bitcoin et les cryptomonnaies s’imbriquent toujours un peu plus à la pop culture. En effet, plusieurs marques et célébrités promeuvent et s’investissent dans les projets et sociétés cryptos.

Après une entrée remarquée au Paris Saint Germain, La Pulga s’ajoute à ce volet de célébrités intéressées par les cryptos actifs. Un communiqué de presse paru récemment a officialisé le partenariat du GOAT argentin avec la plateforme d’échanges Bitget. Belle entrée dans la cryptobourse !

Figure emblématique de l’équipe argentine pour la Coupe du monde de football au Qatar, Lionel Messi cumulera, en plus de ses Sept Ballons d’Or, une expérience dans le septième art. En effet, ce partenariat avec Bitget permettra à la star interplanétaire de s’impliquer dans une production cinématographique.

Un partenariat gagnant-gagnant

Outre ses capacités extraordinaires pour le ballon, Lionel Messi possède indéniablement un flair certain pour les bonnes affaires. Passionné de web3, le footballeur argentin éprouve un grand intérêt pour les nouvelles applications et les réseaux blockchains interconnectés dans le Web3.

La plateforme d’échanges Bitget signifie une opportunité intéressante pour La Pulga. C’est aussi une excellente opportunité pour ses millions de fans dans le monde. En effet, Bitget s’attèle à proposer des partenariats avantageux aux traders de cryptomonnaies. Large éventail d’opportunités d’exposition de cryptomonnaies nombreuses et variées, la plateforme d’échanges tirera un bénéfice exponentiel avec son association avec Lionel Messi.

Hong Kong prêt à légaliser le trading de cryptos dès 2023

Les cryptomonnaies ont réussi à s’intégrer dans la culture populaire de plusieurs pays. Cependant, certaines grandes puissances s’opposent toujours à leur utilisation. C’est le cas de la Chine qui reste très rigide face à ces cryptoactifs. Hong Kong avait également adopté cette même politique. Mais aujourd’hui, la ville est prête à légaliser le trading pour les particuliers.

Hong Kong en faveur du trading des cryptomonnaies

Loin d’être un pays crypto friendly, la Chine proscrit les échanges de cryptos monnaies sur l’ensemble de son territoire. Seulement, cette contrainte ne sera bientôt plus effective et à Hong Kong. En effet, selon un communiqué de presse, Hong Kong serait en passe de s’ouvrir aux cryptomonnaies. La ville observera donc une position diamétralement opposée à celle de la Chine.

Hong Kong jouit en effet du statut de région administrative spéciale. La ville est un territoire et bénéficie d’une liberté d’action. Elle se montre alors en faveur du trading des cryptomonnaies, mais conditionnera évidemment les échanges. Il faut aussi préciser que seul le trading de détail sera légalisé.

De telles mesures ne sont pas exemptes d’interprétations et de polémiques même si rien n’est sûr à ce jour. Les concertations n’ont pas encore abouti et l’écosystème financier d’Hong Kong reste inchangé. Somme toute, un programme de licences verra le jour en mars 2023 afin d’induire la conformité des opérations des plateformes.

Un signe avant-coureur d’un changement structurel en Chine

Les cryptos monnaies sont loin d’être l’apanage de la Chine. En septembre 2021, le « géant qui sommeille » a interdit pour la onzième fois les cryptomonnaies. Seulement, avec le changement de perspective d’Hong Kong, le pays pourrait revenir sur ses positions tranchées vis-à-vis des cryptos actifs. Pour rappel, la ville est en quelque sorte le pont d’interaction entre la Chine et le reste du monde.

Les bénéfices de la nouvelle loi sur les cryptomonnaies pourraient améliorer le point de vue du gouvernement chinois sur les cryptomonnaies. En outre, les cryptomonnaies représentent une réserve de ressources financières et de talents non négligeables. Nul ne doute que la Chine redéfinira sa politique vis-à-vis des cryptos monnaies au fur et à mesure qu’elles se développeront dans l’économie mondiale.

Les monnaies numériques des banques centrales présentent-elles des risques ?

Les banques centrales s’intéressent de plus en plus aux monnaies numériques. Sur la base de systèmes de blockchain, nombreuses d’entre elles ont déjà entrepris la création de leurs propres actifs numériques. Ces projets pourraient bien bouleverser les habitudes économiques des consommateurs. Il est donc normal de se demander si ces monnaies numériques sont risquées. Découvrez ce qu’en pensent les experts.

L’impact des MNBC sur le système bancaire et la stabilité économique

Pour Frédéric Riera, consultant en MNBC, ces monnaies numériques symbolisent la stabilité des banques centrales. Cependant, elles pourraient affecter le fonctionnement des banques commerciales. Riera affirme qu’il existe un risque de déstabilisation du système bancaire actuel.

L’utilisation des MNBC provoquerait un transfert massif des liquidités vers des portefeuilles externes et surtout privés. Une situation qui pourrait détourner plusieurs consommateurs des banques centrales et donc leur porter préjudice sur le long terme. 

Cela dit, le problème reste une éventualité. La suite dépendra de la conception des MNBC et du rôle des banques privées dans leur émission. Frédéric Ocana, conseiller en sécurité, assure à cet effet que l’attribution ou non d’une mainmise des banques commerciales sur le MNBC, sera une décision cruciale pour la stabilité économique.

Les monnaies numériques représentent-elles une atteinte à la vie privée des consommateurs ?

Quand on pense aux MNBC, l’atteinte à la vie privée est le risque qui interpelle le plus. En effet, les MNBC américaines et européennes ne seront pas anonymes. Les utilisateurs seront alors surveillés et leurs transactions seront contrôlées.

Frédéric Riera affirme alors qu’il faudrait créer un cadre bien défini pour protéger la vie privée de l’utilisateur. Selon lui, le législateur est tenu de définir un cadre très protecteur de l’utilisateur en mettant des garde-fous avant de rendre accessibles les données personnelles de l’utilisateur ainsi que ses transactions.

Cependant, une fois encore, ce cadre législatif dépendre de la conception et du rôle des MNBC. Seront-elles des vecteurs de virements rapides ou une autre espèce de monnaie ? La réponse à cette question permettra de déterminer si oui ou non, elles représenteront un risque futur pour l’économie.

Interpol va combattre le crime en ligne dans le métavers

Interpol a désormais son métavers. L’organisation internationale de la police criminelle l’a dévoilé lors de sa récente assemblée à New Delhi. Ce nouvel espace Web3 permettra aux services de la police internationale d’améliorer la formation de leurs nouvelles recrues à travers des simulations de situations réelles. Interpol compte, par la même occasion, améliorer sa lutte contre le crime en augmentant sa présence en ligne.

Interpol intègre le Web3 avec son propre metaverse

Le 18 octobre 2022, Interpol tenait sa 90e assemblée générale à New Delhi en Inde. L’organisation a profité de l’occasion pour présenter son propre metaverse « déjà pleinement opérationnel ». Les délégués internationaux présents s’y sont d’ailleurs rendus, à travers des casques de réalité virtuelle. Ils ont intégré un espace virtuel similaire aux bureaux du siège de l’Interpol à Lyon.

À travers ce metaverse baptisé INTERPOL, l’organisation entend apporter à ses agents, un espace d’interactions virtuelles et de formations immersives. En effet, débarrassés des limitations géographiques, les agents d’Interpol pourront de ce fait communiquer entre eux plus librement. Ils pourront donc travailler de manière plus coordonnée et plus efficace. Les nouvelles recrues quant à elles, pourront bénéficier de formations simulant des situations réelles.

Une innovation qui devrait améliorer la lutte contre le crime en ligne

Plus les technologies s’améliorent et plus les criminels trouvent un moyen de se réinventer. Le metaverse n’est pas épargné. En effet, les espaces d’interactions virtuelles seraient déjà la cible de nombreux délinquants. INTERPOL arrive alors à point nommé pour réfréner les ardeurs de ces personnes mal intentionnées.

En outre, ce metaverse ne s’adresse pas qu’aux agents de l’OIPC. Premier metaverse dédié à la sécurité mondiale, INTERPOL vise en effet toutes les forces de police à travers le monde. Rassemblées au sein de cet espace, elles pourront agréablement œuvrer de concert dans leur lutte contre le crime en ligne et toutes les autres formes de crime.

Warner Bros lance des NFTs « Le Seigneur des anneaux »

Le Movieverse de Warner Bros est lancé. Il s’exprime à travers le lancement d’une nouvelle gamme de NFTs en relation avec la trilogie Le seigneur des anneaux. Une annonce qui tombe juste après la diffusion de la série Amazon Les anneaux de pouvoir. Le studio Warner songerait-il à tirer profit du récent succès de ladite série ?

Une trilogie NFTs

La première saison de la série Le Seigneur des anneaux : les anneaux de pouvoir s’est achevée il y a quelques semaines. Sa diffusion n’a pas manqué d’encenser l’engouement autour de l’univers de John Tolkien. Quelques jours après la diffusion du dernier épisode, le géant de la production Warner Bros annonce le lancement de son movieverse, à travers le lancement d’une édition limitée de NFTs « Le seigneur des anneaux ».

Chacun de ces NFTs est une reproduction de la trilogie le seigneur des anneaux de Peter Jackson. En d’autres, les détenteurs de ces tokens pourront visionner la version longue de chacun des opus de la trilogie en 4k. Ils auront également accès à 8 h de contenus exclusifs ainsi qu’à près de cent images et objets de collections inspirés de l’univers des films.

Par ailleurs, ils auront aussi la possibilité de visiter virtuellement, tous les lieux des films par le biais du menu. Pour les premiers drops, seul le premier opus de la trilogie est concerné. Warner, pour ce faire, a recouru aux services de l’entreprise Eluvio.

Warner s’installe dans le métaverse

Cette initiative permet à Warner Bros d’ouvrir son movieverse et d’ainsi s’installer de plain-pied dans le système web 3. Ce movieverse consistera en une market place, consacrée aux différents univers cinématographiques de Warner Bros. D’autres franchises ne devraient donc pas tarder à suivre Le seigneur des anneaux. On peut déjà espérer retrouver des franchises telles que :

  • Ocean’s;
  • DC studio ;
  • et Harry Potter.

En outre, cette initiative est loin d’être le premier essai de Warner Bros en matière de web 3. Le studio avait proposé des NFTs dans le cadre de la sortie du film The Matrix Resurrections. L’entreprise a d’ailleurs été un véritable succès. Il semblerait donc que le movieverse de Warner ait de beaux jours devant lui.

Quels livres acheter en 2022 pour comprendre le Bitcoin ?

Comprendre l’univers des crypto monnaies et de la blockchain peut s’avérer difficile quand on ne maîtrise pas le jargon de milieu. Fort heureusement, il existe plusieurs ouvrages qui facilitent cette compréhension. On vous propose donc les meilleurs d’entre eux dans cet article.

L’art du trading, Bitcoin et autres cryptomonnaies : bien comprendre avant d’investir

On ne saurait lister les livres à acheter en 2022 pour découvrir et comprendre les Bitcoins sans mentionner celui-ci. Soigneusement rédigé, le livre L’art du trading permet à tous les amateurs de crypto monnaies d’accéder à un vaste champ de connaissances sur les spéculations des marchés financiers.

Il regorge d’une variété de théories en cette matière avec des exemples pratiques en prime. Découvrez l’art du trading et développez les meilleures stratégies pour remporter le succès dans vos entreprises ! Parue récemment, la troisième édition de ce livre vous permettra de maximiser vos gains via des investissements rentables et sagement réalisés.

C’est un secret de polichinelle : les Bitcoins et les crypto monnaies sont loin d’avoir fini leur montée en puissance. À l’orée de cette révolution sur l’économie ou encore la finance, il importe alors de se documenter et de maîtriser ces crypto actifs.

Le manuel Bitcoin et autres cryptomonnaies : bien comprendre avant d’investir se propose d’apporter toutes les réponses aux lecteurs quant au bitcoin, la blockchain et les cryptomonnaies. Grâce à des astuces sur l’investissement, découvrez et distinguez les cryptomonnaies. Vous pourrez également apprendre le fonctionnement des NFT ainsi que leur trading.

Investir avec succès dans les cryptomonnaies : un guide pour les débutants

Vous désirez réaliser des investissements sur le Bitcoin, mais n’en savez pas grand-chose ? Pas de soucis ! Cet ouvrage vous donne les clés nécessaires pour appréhender cette nouvelle étape de votre vie, et cela, avec clarté et simplicité.

Bitcoin, Ethereum, Ripple… Plus aucune crypto monnaie ne vous sera étrangère tant Thibault Coussin, l’auteur explique leur fonctionnement. Découvrez donc les avantages et les risques des investissements sur les crypto monnaies et bénéficiez de descriptions sur leurs systèmes de paiement.

En outre, l’auteur de cet ouvrage explique le fonctionnement de la blockchain tout en présentant les déconvenues susceptibles d’arriver dans ce cas de mesure. Avec des termes techniques en prime comme les revenus passifs, cet ouvrage illustre les explications via un histogramme, un schéma et un graphe.

L’Oréal et Meta s’associent pour soutenir des startups françaises

Géant du cosmétique en France et dans le monde, le groupe L’Oréal est bien décidé à s’investir dans le métavers. Pour ce faire, le groupe industriel s’est associé au Meta pour fournir un accompagnement à des startups françaises impliquées dans cet univers virtuel.

L’Oréal et Meta soutiennent les startups françaises

C’est un secret de polichinelle : le métavers, cet univers virtuel axé sur l’immersion et l’interactivité des utilisateurs via des avatars sur des paysages en 3D, est l’objet d’une véritable révolution numérique. Forts de cette métarévolution, les groupes L’Oréal et Meta se lancent à la conquête de ces territoires virtuels en développant leurs activités respectives.

Cette volonté d’expansion du metaverse s’illustre par le soutien accordé par les deux entités à des startups françaises. En effet, les deux géants ont mis en place un programme incubateur des startups en France et consacré exclusivement à la créativité dans le metaverse. S’inscrivant dans une politique d’encouragement de la créativité dans le metaverse, ce programme verra le jour dès janvier 2023 et se déroulera jusqu’au mois de juin 2023.

 Véritablement innovant, ledit programme permettra l’accélération de l’essor de 5 startups françaises et différentes entre elles. Avec des domaines de prédilection comme la production 3D, la création d’avatars et leur portabilité ou encore les technologies de réalité augmentée, ce programme cible donc les startups françaises investies et spécialisées dans les thématiques relevant du metaverse.

Un accompagnement privilégié

Recensées et sélectionnées par les soins du jury de Meta et de L’Oréal, les 5 startups françaises bénéficieront d’un accompagnement de premier plan. Premier incubateur de startups au monde, Meta dispose de ressources impressionnantes et notamment la Station F à Paris.

Théâtre d’interactions et d’échanges avec d’autres startups, Station F permettra donc l’accélération des 5 startups choisies par Meta et L’Oréal avec des opportunités de développement de leurs réseaux et de leurs projets. Via ce programme d’accompagnement, ces 5 startups accèderont à un large éventail de technologies innovantes dans les locaux de la Station F.

En outre, elles bénéficieront également du soutien des chercheurs de Meta Al et d’un mentorat avisé du groupe industriel L’Oréal. Un soutien de choix profitable non seulement à leurs projets respectifs, mais à l’Europe toute entière.

Telegram vend des noms d’utilisateurs sur la blockchain TON

Avec le succès récent des noms de domaines décentralisés sur le web, Telegram redynamise ses activités via une proposition de services similaires. Désormais, les utilisateurs de l’application de messagerie peuvent acheter leurs pseudonymes aux enchères sur la blockchain TON.

Une vente aux enchères de noms d’utilisateurs via la blockchain TON

Quelques mois plus tôt, les noms des domaines décentralisés sur la Blockchain, dont « casino.ton », ont rencontré un énorme succès sur le web. Un écho favorable loin d’être passé inaperçu aux yeux des géants des applications et services dont Telegram. Pavel Durov, PDG de Telegram, a annoncé dès le mois d’août, la vente aux enchères des noms d’utilisateurs sur la Blockchain The Open Network (TON).

Une vente aux enchères effective et réalisée par l’entremise d’une place de marché dédiée et une technologie semblable aux tokens non fongibles (NFT). Ce projet novateur mis sur pied par Telegram permettra aux 700 millions d’utilisateurs de l’application de messagerie de se voir attribuer leurs noms d’utilisateurs sur la blockchain TON. Des smart contracts similaires à ceux proposés par les NFT pérenniseront cette démarche et en audit libre sur GitHub.

Cette mesure correspond notamment aux préoccupations de Telegram de mettre un système fiable et efficace à la disposition des utilisateurs. Pour ce faire, le smart contract structurant, la place de marché des noms d’utilisateurs sur la blockchain TON est vérifié par des développeurs. Désireux de tester l’efficacité de ce smart contract, Telegram propose une prime de 200, voire 500 000 dollars aux développeurs capables de détecter une erreur dans le code.

Telegram en faveur du Web 3

Depuis toujours, Telegram s’est montrée en faveur du Web3. L’application de messagerie instantanée nourrissait le désir d’entreprendre une incursion dans cet espace via la création d’une plateforme de paiements numériques consacrée à sa messagerie. Entre-temps, la pression des régulateurs de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis empêcha Telegram de poursuivre ses activités dans ce domaine.

Toutefois, le réseau veut désormais s’y investir pleinement. Aujourd’hui, Telegram poursuit le développement de la technologie de la blockchain et notamment avec la vente des noms d’utilisateurs sur TON. Fin prêtes, les ventes aux enchères démarreront dans les plus brefs délais, selon un communiqué officiel du groupe.