Un faux NFT de Banksy vendu 100 ETH (près de 285 000 €)

Un faux NFT de Banksy a été vendu 100 ETH, soit environ 285 000 € au moment de l’achat, à un collectionneur britannique portant le pseudo Pranksy à la suite d’un piratage.

L’œuvre d’art numérique, intitulée “Great Redistribution of the Climate Change Disaster“, est apparue sur une nouvelle page du site officiel de Banksy, portant l’URL “nft.html“. L’acheteur a fait une offre via cette page, qui aurait été créée par un pirate informatique. Après que l’affaire a été révélée comme une escroquerie, tout l’argent a été rendu, à l’exception des frais de transaction d’environ 5 000 £…

Il semble bien qu’il s’agisse d’un piratage du site. J’ai vérifié l’URL sur PC et mobile avant d’enchérir. J’ai fait une offre uniquement parce qu’elle était hébergée sur son site. Lorsque l’offre a été acceptée, j’ai immédiatement pensé qu’elle était probablement fausse“, a déclaré à BBC News “Pranksy“, âgé d’une trentaine d’années. “Le remboursement était totalement inattendu, je pense que la couverture médiatique du hack plus le fait que j’avais retrouvé le hacker et que je le trackais sur Twitter ont pu le pousser à procéder au remboursement.”

Selon les rapports, l’acheteur a offert 90% de plus que son rival le plus proche aux enchères, et a été alerté de la vente le lundi matin, 30 août, via un message sur le réseau social Discord. Une déclaration de l’équipe de Banksy à la BBC a depuis confirmé que l’artiste ne vend pas actuellement de NFT : “Les ventes aux enchères de NFT de Banksy ne sont pas affiliées à l’artiste, sous quelque forme que ce soit“.

Il s’agit de la dernière controverse en date sur le marché des NFT, qui a connu une croissance exponentielle cette année. Abréviation de “jetons non fongibles”, ces actifs numériques sont des certificats de propriété tokenisés qui ne peuvent être reproduits ou altérés après leur création. Nombreux sont ceux qui pensent que cette technologie basée sur la blockchain pourrait révolutionner l’industrie de la musique, comme le prouve la longue étude de DJ Mag sur le sujet au printemps de cette année. Le mois dernier, RCRDSHP a été lancé en tant que nouvelle place de marché pour les objets de collection musicaux basés sur la NFT, avec des œuvres de Mark Knight, Mobilee Records et Sharam Jey.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)