Le Groupe d’action financière publie un rapport anti-fraudes cryptos

Les cryptomonnaies se trouvent de plus en plus dans le viseur de la justice française, européenne et mondiale. Il faut dire qu’un investissement peut engendrer de très nombreux bénéfices ! Et ce, sans (trop) d’impôts. Ce qui fait que beaucoup d’internautes n’hésitent pas à frauder. Le Groupe d’action financière (GAFI) un organisme multi-gouvernemental, a publié un rapport qui fournit “les indicateurs les plus importants qui pourraient suggérer un comportement criminel”. Selon le GAFI, les indicateurs clés de ce rapport se concentrent sur:

– La technologie qui augmente l’anonymat des investisseurs comme l’usage de sites web d’échange “peer to peer”.

– Les risques fondés sur les législations nationales, avec des délinquants pouvant se servir des pays dont les mesures nationales en matière de crypto-actifs sont faibles, voire inexistantes.

– Les modèles de transaction, qui peuvent être irréguliers, inhabituels ou peu courants, ce qui peut laisser supposer une activité criminelle.

– La taille des transactions, si le montant et la fréquence n’ont pas d’explication commerciale logique.

– Les profils de l’expéditeur ou du destinataire, où un comportement inhabituel peut effectivement suggérer une activité criminelle.

– L’origine des fonds ou de la richesse, qui peut être liée à une activité illégale.

En bref, ces recommandations pourraient aboutir à de nouvelles mesures restrictives.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)